"A la recherche des rencontres perdues!"

Publié le par Mlle Capucine

calirezo3.free.fr

Je suis à la recherche du sens de la relation, du sens de la rencontre.
Au fil de mes écrits, je dresse le portrait de ce qu'une rencontre pourrait être.
J'explore sans relâche les recoins, les tréfonds du sens, je veux faire jaillir l'essence. Au fil des métaphores, je me promène de lien en lien.
Éprise par les sentiments, perpétuelle quête de l'Autre, je me noie dans le tourbillon des bons sentiments, j'en oublie que l'être n'est pas que bon. Rousseau me compte parmi les siens. Usée ou non, je n'en sais rien, ni l'un ni l'autre, et puis je me dis que trop de bons sentiments tuent les sentiments! Trop de gentillesse me met en ivresse, je suis leurée par mon métier. Les personnes vers qui je vais ne représente pas toute la réalité. Alors, vivrais-je dans une autre dimension, dans un monde virtuel? Serais-je trop éloignée de la réalité? Je me sens perdue, trop de sentiment, trop de fatigue, fatiguée par cette quête de l'Autre ou par ma propre quête!

Publié dans Monologue-Soliloque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Les personnes vers qui vous allez sont bien vivantes et réelles; C'est parce-que nous sommes dans notre propre "coquille" que nous avons le sentiment d'être isolé, en retrait de la réalité. Ne confondez pas relation surperficielle et virtuelle, vous êtes bien dans le palpable!
Répondre
M
<br /> Chére Catherine M., la question de l'énigme d'Autrui m'accompagne au fil des jours. Quand je vais vers les patients, je suis à 100% présente, loin du superficiel ou du virtuel, la  maladie<br /> fait que l'on recherche, des deux côté, l'homme ou la femme vrai et entier. Mais quand je quitte ma peau d'A.M.P., je revêts une autre peau, peut-être une coquille, qui me permet de me<br /> mouvoir dans la vie de tous les jours, au milieu de tous.<br /> <br /> <br />